Selon l’islam, les rites populaires faisant appel à l’irrationnel ne devraient pas exister. Pourtant, le Maroc a toujours été une terre d’élection de pratiques très anciennes pour lesquelles affluent bon nombre de fidèles. Un domaine qui semble être la chasse gardée des femmes qui, écartées du pouvoir religieux, se sont dirigées vers le mysticisme et les sciences occultes.

Publicités

Le 16 mai 2003, Casablanca était victime d’attentats et porte le deuil depuis d’une quarantaine de morts. A l’époque, on craignait Al Qaeda et Ben Laden, qui depuis ont été supplanté par Daesh et ses fous sanguinaires. Jusque là, rien de bien nouveau dans le mode opératoire… A l’exception prêt qu’aujourd’hui, les femmes jouent un rôle important dans la propagation d’une doctrine extrémiste. La mort de Hasna Ait Boulahcen dans le raid mené à Seine Saint Denis a ainsi relancé le débat sur la question des femmes jihadistes. Qui sont celles qui rejoignent les rangs de Daesh ? Qu’espèrent-t-elles ? A quoi rêvent-elles ?