Trois femmes, trois Marocaines, trois parcours différents… et trois traitements médiatiques inégaux. Entre la belle, l’insoumise et l’intello engagée… le Maroc donne à voir toute sa diversité et sa pluralité sans pour autant l’assumer.

Médecin psychiatre, psychanalyste et femmes de lettres, Rita El Khayat analyse dans son ouvrage « la femme artiste dans le monde arabe » le rôle joué par la femme artiste arabe au fil des siècles. Entre traditions et contraintes sociales, politiques et religieuses, elles parviennent à se libérer de leurs entraves pour exprimer leur art et passer le flambeau à de nouvelles générations de femmes artistes qui revendiquent aujourd’hui haut et fort leur puissance créatrice.

C’est dans son chaleureux appartement casablancais que me reçoit Bouthaina. Niché au cœur de l’un des quartiers les plus animés de la ville blanche, son petit cocon, qui lui tient lieu de retraite, est parsemé de toiles de sa propre création. Son « chez elle », c’est son antre, l’endroit où elle se retire loin du monde. La solitude ne semble pas avoir de prise sur elle. Au contraire, c’est en elle, et en ses longs silences, qu’elle se ressource et qu’elle peut enfin réfléchir à ce monde qui l’entoure et sur lequel elle ne peut écrire à moins de le contempler à distance.