Lifestyle

Sofiia Manousha, la Dame Nature du 7ème art

Révolutionnaire tant à l’écran que dans la vraie vie, Sofiaa Manousha a plus d’une corde à son arc. L’actrice et réalisatrice marocaine qui prône le pouvoir des plantes et leurs bienfaits est à l’origine d’une plateforme web qui cartonne, www.mybeautyfuelfood.com

Rencontre avec une amoureuse de la vie qui va vous donner envie de révolutionner votre façon de manger… et d’exister.

 

On vous connaissait actrice, on vous retrouve aujourd’hui dans la vie réelle dans la peau d’une militante du veganisme. Conversion ou reconversion ?

 Ni l’un ni l’autre. Je ne mange pas d’animaux depuis des années, plus de 12 ans. L’alimentation « Plant based » est pour moi un lifestyle, c’est une vision holistique de la vie. Les aliments que nous consommons ont un impact direct sur la vibration que nous émettons, tout est lié.

D’un point de vue personnel, je me sens mieux avec une alimentation « vivante et saine » . De plus, j’adore les animaux, rien que l’idée de les manger me repousse, et la souffrance animale m’est insupportable. Je ne suis pas militante ni moralisatrice, ni vegan d’ailleurs car je n’aime pas les étiquettes. Je suis dans le partage, l’amour et j’ai une alimentation « vivante » 100 pour cent végétale.

Vous avez l’habitude de camper des rôles de femme forte, indépendante, combative, votre site est-il une nouvelle révolution ?

En effet, j’ai eu la chance d’avoir des rôles forts et puissants, notamment le personnage de Laila dans « l’Insoumise » qui se rebelle et dénonce l’exploitation des saisonniers dans les fermes.

J’ai créé ce site suite à une année passée malade (j’ai eu une maladie auto immune), alitée, à ne plus pouvoir me lever. Je me suis beaucoup documentée sur les problèmes d’inflammations, car, à part me rendre encore plus malade, les médecins ( que mes parents m’ont obligés à aller voir car je ne prend JAMAIS  de médicaments) n’ont été qu’une perte de temps.

En revanche, l’arrêt d’aliment inflammatoire (gluten, produits laitiers, sucre) a été ma délivrance. J’ai été malade pendant plus d’un an, et je me suis soignée en 10 jours ! Ce site est un espace de partage, de l’inside out Beauty Food. De l’alimentation gourmande 100 pour 100 plant based et généreuse. Pas de jus d’herbe, ou de graines (rires).

 

Vous partagerez le 10 mars votre expérience à Vevolution, un évènement sur le pouvoir des plantes qui se tiendra à Londres et qui entend mixer l’empowerment féminin et le veganisme. En quoi la fusion de ces deux thématiques fortes coule-elle de source pour vous ?

Quel honneur et bonheur de faire partie de ce panel de femmes inspirantes qui ont pour point commun d’être plant based / vegan. Dans les pays Anglo-saxons, ce lifestyle est tellement normalisé et démocratisé…

Pour ma part, je vis comme ça depuis des années. Avant, j’étais la fille bizarre aux yeux des autres, maintenant je suis la fille tendance, bien que ce soit juste un choix fait par rapport à mon bien-être.

Je trouve que cette démarche de réunir des femmes influentes qui ont toutes pour commun « Le plant based Lifestyle » est une idée merveilleuse. Nous serons toutes ensemble, dans l’énergie de l’amour et du partage, carla logique du plant based repose sur la compassion et l’amour.

Je suis invitée sur le panel « Beauty/ Ethic » car mon truc à moi c’est La beauty food, l’inside out, autrement dit, la beauté par l’alimentation, le bien-être… Il s’agit de se sentir belle en se faisant plaisir et en donnant de la Beautyfuel food à son corps.

Je suis obsédée par la beauté en général : la photo, la nature, la peinture, les fleurs… Je m’épanouis beaucoup dans ce vaste domaine.

 

In fine, le changement doit-il passer par les femmes ? Pourquoi ?

 Le changement doit passer par tout le monde. Nous devons vivre en pleine conscience et avec respect. Le partage et l’information sont des atouts essentiels au changement. Nous sommes à un tournant planétaire. Il y a une prise de conscience qui s’opère : la planète souffre, nous arrivons au bout d ‘un système. Nous devons TOUS nous responsabiliser et changer notre système de consommation à commencer par : LA VIANDE ! Outre la souffrance animale ( qui est inhumaine), il y a l’aspect environnemental. La quantité d’eau que nous gaspillons pour faire de l’élevage est colossale.

Sans vouloir être virulente, il est indispensable de changer son système de consommation alimentaire ! Le corps humain n’a pas besoin de toute cette viande. Le corps a besoin de nutriments : fibres, calcium, zinc, protéines, fer… il y a beaucoup d’alternatives aux produits animaux qui sont plus saines et plus durables.

 

Sur le site de l’évènement mais aussi le votre, les termes « badass » ou « gang de filles » sont récurrents. Vous vous retrouvez dans ces appellations qui clashent avec l’image que beaucoup se font des gens qui mangent des fleurs ?

(Rires) La tag line de mon site est justement : « be a healthy badass with a sexy good ass ». On peut être des filles cool, qui écoutent du hip hop et qui mangent healthy… loin du cliché des filles qui mangent des graines (rires). « Be a badass », c’est une vibes.

 

Votre page instagram reflète un univers poudré, tout en douceur et en couleurs pastels… A quoi ces codes esthétiques font-ils référence ?

Je suis obsédée par l’image, les couleurs et les fleurs. C’est une invitation dans mon univers qui est à la fois doux, poudré et sensuel… Enfin, je pense (rires). Ces couleurs m’attirent… je crois que c’est la dualité dans laquelle je vis : à la fois féminin et un peu garçon manqué. C’est mon coté badass ! (rires)

 

Comment vous employez-vous à rendre cool et sexy un style de vie que certains considèrent tantôt hippie, tantôt bobo ou résultat d’un effet de mode ?

C’est tout le principe de mon site, je ne suis ni une hippie, ni une bobo, ni une fille à la mode. Je partage mon lifestyle et mes recettes sont gourmandes, sexy, fleuries et colorées. Je ne propose pas du jus d’herbe et deux feuilles de salade ! Vivre Healthy peut être sexy et cool, sans pour autant devenir maniaque du contrôle et psychorigide.

 

Vous êtes d’origine marocaine, un pays réputé pour sa gastronomie mais aussi ses rituels beauté. Retrouve-t-on un petit bout de Maroc dans vos recettes ?

On retrouve du Maroc dans toutes mes recettes : cannelle, amande, fleurs d’oranger,  épices… Mon Maroc est partout ! J’ai même fais une recette de couscous vegan sans gluten (j’ai remplacé la semoule par du quinoa) et plein de légumes. Un régal ! La cuisine marocaine est un rêve, si exquise. Je ne me lasse pas de Tfaia ou du Zaalouk.

Tous mes tagines sont aux légumes, et je mets de la patate douce et des amandes partout !

Sofiia Manousha

Vous dites dans votre présentation que nous ne sommes pas ce que nous mangeons, mais ce que nous absorbons. Quelle est la différence ?

Nous sommes à l’image de ce que nous absorbons, cela va au-delà  de l’alimentation. Je parle de nos pensées, nos choix, nos intentions. Une vibration haute passe par la qualité de ce que nous mangeons et de ce que nous pensons. Si nous ne sommes pas positif cela va se ressentir. C’est un tout, bien manger, bien penser, bien vivre, aimer, rêver, être heureux… Tout est lié.

 

Dans un pays comme la France, où on a souvent du mal à accepter que quelqu’un porte plusieurs casquettes, devez-vous batailler pour faire valoir les nombreuses cordes à votre arc sans être cataloguée « influenceuse foodstyle » plus qu’actrice ou vice versa ?

(Rires) C’est pas faux ! Mais je m’en fiche royale. Je fais ce qui me plais et en plus les gens apprécient car cela part d’une démarche sincère, qui est loin d’être une lubie. Dans toutes mes interviews, depuis des années, je parle de food, bien-être, de mindful living, de méditation, de yoga… je n’ai pas attendu la tendance et ce qui fait ce projet, c’est son authenticité. Je suis actrice, réalisatrice, influenceuse… et avant tout, je suis créative et j’adore la vie. Donc je la croque et je fais ce que j’aime.

 

Votre vision de la beauté ?

Tout part de l’intérieur. J’aime la beauté naturelle, sans artifice. Je ne me maquille jamais en dehors de mes shoots et tournages. Je souhaite me voir telle que je suis. Je tiens à me plaire peau nue. Pour l’alimentation c’est la même chose. Ce qui me rend belle c’est ce qui me fait me sentir bien. Le soleil, la mer, la sérénité… Nous sommes ce que nous absorbons, car tout a une incidence sur notre peau et notre vibration. J’aime citer Wendy Rowe, la make-up artist  « nourish yourself from the inside out ».

 

 

A quand votre propre marque de soins beauté ?

Mon rêve !!! Un jour avec un livre.

 

Vos projets à venir ?

 Ouiiii ! Je suis en train de finir mon film « Brûle » que j’ai réalisé.

Ensuite il y a la sortie de « Achoura », réalisé par Talal Selhami qui sera présenté bientôt en festival, Le film « Jennia », réalisé par Abdelkrim Bahloul, « Nana et les filles du bord de Mer », réalisé par Patricia Bardon. J’ai aussi un petit rôle dans le premier film de Yoann Guillouzouic, « Place des Victoires ». The best is yet to come… Venir parler à « She loves Plants » est un projet de fou, parler de ce qui m’anime, de ce que j’aime entourée de toutes des femmes, je vis un rêve.

 

Crédits :
Photo : Anais Jazmine
Styliste culinaire : Elodie Imankhan

Pour en savoir plus :

www.mybeautyfuelfood.com

Sur instagram : @mybeautyfuelfood

 

 

Partager sur :

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!