En Société

4 marocaines parmi les personnalités de l’année 2018 : hommage aux grandes absentes !

La MAP, l’agence de presse marocaine, a dévoilé son classement des 12 personnalités marocaines qui ont marqué l’année 2018 dans leurs domaines respectifs. Parmi celles-ci, quatre femmes s’imposent. Pas assez à notre goût mais bien mieux qu’en 2015 et en 2016 !

Oui, c’est peu, on est encore loin de l’égalité mais on apprécie l’amélioration quand on se penche sur les chiffres des années précédentes.

Et pour cause, en 2015 et 2016, aucune marocaine ne figurait au classement des personnalités de l’année, contrairement à Saad Lamjarred qui, lui, a caracolé en tête de la catégorie « Arts et culture » deux années de suite.

Ensuite en 2017, ce classement censé élire des personnalités a mis à l’honneur dans certaines catégories des lieux… comme dans le cas de l’élection de la Baie de Dakhla pour « Tourisme et loisirs ». Manquait-on à ce point de personnalités valables et compétentes ?

 

Quid de 2018

Ce classement, qui s’avère être réalisé sur la base d’un sondage des différents supports du paysage médiatique marocain, se compose de plusieurs catégories « arts et culture », « sport », « Politique et gouvernance », « Action sociale », « Finances », « Santé », « Médias et communication », « internet et réseaux sociaux , “Environnement, énergie renouvelable, développement durable”, “Initiative citoyenne et développement humain”, “Tourisme et loisirs”.

Au titre de l’année 2018, ce sont à nouveau douze personnalités ayant marqué l’année écoulée par leur parcours professionnel ou leurs initiatives citoyennes dans différents domaines.

“Medias et Communication” : la directrice de la publication du magazine Telquel, Aïcha Akalay, a été désignée, ex aequo avec le journaliste Abdellah Tourabi, présentateur de l’émission “Confidences de presse” de 2M, personnalité de l’année. Mme Akalay a été élue pour la qualité de ses analyses tandis que M. Tourabi a été désigné pour la pertinence des sujets traités lors de son émission.

“Internet et Réseaux sociaux” : Le choix s’est porté sur Naceurddine El Afrite, directeur de la publication du journal électronique “Médias24.com”, pour la pertinence de son journal électronique.

“Environnement, énergie renouvelable, développement durable”, c’est Aziz El Badraoui, président directeur général du groupe Ozone Environnement & Services, qui a été choisi pour la contribution de son entreprise à la protection de l’environnement.

“Action sociale”, Najat M’jid, fondatrice de l’association Bayti remporte le titre de cette catégorie pour son engagement et son dévouement à la cause des enfants les plus vulnérables.

“Arts et Culture”, C’est Meryem Alaoui, auteur du roman “La vérité sort de la bouche du cheval”, qui remporte cette catégorie

“Politique et gouvernance” : Le Premier président de la Cour des comptes, Driss Jettou, a été choisi personnalité de l’année dans la catégorie, pour le travail accompli à la tête de l’institution supérieure de contrôle des finances publiques, dont l’importance en termes de régularité des opérations, ainsi que de protection des principes et valeurs de bonne gouvernance, de transparence et de reddition des comptes de l’Etat et des organismes publics, n’est plus à démontrer.

“Finances” : Le Wali de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, a été élu pour avoir été primé comme l’un des meilleurs gouverneurs des banques centrales au monde, alors que l’homme d’affaires Adil Douiri a été élu dans la catégorie “Economie et Entreprise” pour l’introduction en bourse réussie de Mutandis, dont il est le fondateur.

“Santé” : le Directeur général de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), Abdellah Janati a été pour son travail assidu en termes de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments, notamment pour les mesures prises cette année pour assurer la qualité du cheptel destiné à l’abattage à l’occasion de Aid Al Adha.

“Initiative citoyenne et développement humain” : le président du conseil communal d’Imlil, Abdelhakim Harbili, et le secrétaire général régional du syndicat des taxis à Casablanca, Seddik Bouzahra, ont été désignés, ex aequo, personnalités de l’année, le premier pour le sursaut salutaire des habitants de sa localité suite au crime commis et le deuxième pour la générosité de l’action citoyenne entreprise par le syndicat, qui consiste à transporter gracieusement les malades à la sortie de l’hôpital universitaire d’enfants Abderrahim Harouchi et du CHU Ibn Rochd de Casablanca.

“Tourisme et Loisirs”, l’alpiniste Bouchra Baibanou, première Marocaine à avoir atteint les sept plus hauts sommets des sept continents, personnalité de l’année.

“Sport” : c’est à Jamal Sellami, entraîneur de l’équipe locale de football, qu’est revenu le titre de personnalité de l’année, en consécration de sa contribution au sacre africain de la sélection marocaine des joueurs locaux et à la qualification des moins de 17 ans à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN U17), prévue en Tanzanie.

 

Hommage aux grandes absentes…

… qui ont pourtant été si présentes en 2018 et ont, elles aussi, marqué l’année 2018 de bien des manières !

« Art et culture » : Zaineb Fasiki, la bédéiste féministe, pour son travail de sensibilisation sur des thématiques comme l’éducation sexuelle.

Hommage aussi à Meryem Amjoune, âgée de 9 ans et originaire de Taounate, qui a remporté le le prix du concours international “Arab Reading Challenge”, initié par le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, considéré comme le plus grand projet de connaissance dans le monde arabe. Pour y participer, Meryem a dû lire et résumer plus de 50 ouvrages au cours de l’année scolaire passée.

« Internet et Réseaux sociaux » : Hakima Lebbar, psychanalyste et galeriste, auteur de l’ouvrage intitulé “Les hommes défendent l’égalité en héritage”, qui avec l’association l’Union féministe libre, a lancé, quelques jours avant la journée de la femme le 8 mars 2018, une série de capsules vidéos intitulée “Pourquoi l’égalité dans l’héritage?”.

Hommage aussi au mouvement #masaktack, le hashtag le plus populaire de 2018, porté par un mouvement contestataire ultra-féminin et né au lendemain de l’affaire Khadija. En septembre 2018.

« Initiative citoyenne et développement humain » : Hommage à la Fédération de la ligue démocratique des droits des femmes (FLDDF), l’Union de l’action féminine (UAF), Jossour et l’Association marocaine de lutte contre la violence à l’égard des femmes (AMVEF), qui ont fait se mobiliser les deux gouvernements marocains et espagnols afin d’établir une batterie de mesures pour les ouvrières saisonnières. Ces milliers de Marocaines qui partent chaque année faire le cueillette des fraises en Espagne et qui en plus d’un exode difficile, des conditions extrêmes de travail, ont été confrontées à des violences, harcèlement sexuel et viols.

“Médias et communication” : hommage à la campagne de communication de la marque « Mio » et à son spot télévisé “Ntaawnou Ala Chqa” (’Faisons le ménage ensemble”), réalisé par l’agence RAPP Maroc,
La marque Mio avait de surcroit confirmé qu’une partie du million de dirhams de publicités médias remporté sera reversée à une association de protection des droits de la femme dont le nom n’a pas été divulgué.

Hommage aussi à Dounia Benjelloun-Mezian, fondatrice de Dounia Productions, la productrice Lamia Chraibi, et les réalisatrices Farida Benlyazid, Narjiss Nejjar et Simone Bitton, des femmes du monde de la production et du cinéma qui ont allié leurs forces pour lancer la Fondation Tamayouz afin de créer une dynamique visant à permettre aux Marocaines un meilleur accès aux métiers de la production et de la réalisation cinématographique.

 

Une liste très loin d’exhaustive et qui reste à compléter pour certains secteurs tels que la finance, la politique et la gouvernance, des catégories que l’on réserve trop souvent à la gente masculine !

Partager sur :

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!