Les Pionnières

Ilham Kadri, d’ex-stagiaire à PDG du groupe chimique Solvay

En faisant officiellement son entrée le 1er janvier 2019 chez le groupe chimique Solvay, une icône du capitalisme belge et un des plus grands groupes industriels européens, la Marocaine Ilham Kadri est devenue la première femme d’origine africaine à diriger une société de cette taille en Europe.

A la Une

La nomination de Ilham Kadri aux commandes de Solvay a fait l’objet d’un portrait élogieux de la jeune femme dans le journal français le Monde. “Ilham Kadri est l’une des premières femmes propulsées au sommet d’un grand groupe belge, après Dominique Leroy (Belgacom-Proximus). Et la première dirigeante d’origine africaine pour une société de cette taille en Europe. Une décision hardie pour une maison aussi classique, toujours contrôlée, cent cinquante-cinq ans après sa création, par les descendants des frères Solvay” indique la publication.

 

Une nomination choc

La publication revient sur la nomination de “l’ex-stagiaire devenue PDG de Solvay” et des réactions qu’elle a suscitée. « En octobre dernier, quand sa nomination a été annoncée, certains salariés sont tombés à la renverse (…) car ils s’attendaient à un quinquagénaire, un des membres du comité exécutif. Surprise! le comité des nominations préfère Ilham Kadri née au Maroc et dénichée aux Etats-Unis par le chasseur de têtes Egon Zehnder.”.

Comment cette Marocaine a-t-elle été adoubée par cette aristocratie ? De quelle manière a-t-elle cassé le double plafond de verre qui bloque la plupart des femmes et des Maghrébins ?, s’interroge Le Monde. « Tous les candidats avaient les compétences techniques nécessaires, et le fait qu’elle soit une femme n’a pas joué”, assure au journal l’Espagnole Amparo Moraleda, l’une des membres du comité des nominations. “Ce qui a fait la différence, c’est son style de management, sa capacité à transformer l’entreprise, sa personnalité. »

 

Ce qui attend la nouvelle Boss de Solvay

« Ils cherchaient quelqu’un qui connaisse le secteur, sache la valeur de la technologie, ait un “track record” [une expérience] en matière de transformation, et soit un “global citizen” [un citoyen du monde] à l’aise partout », détaille Ilham Kadri au journal.

Sa tâche chez Solvay consiste à améliorer durablement les résultats, notamment dans les matériaux composites, pour que le groupe retrouve en Bourse son lustre perdu. Mais Ilham Kadri se sent prête au défi. « Solvay ? C’est une pépite d’or qui est là. J’ai hâte ! », assure-t-elle au journal.

 

Bio Express:

Née au Maroc en 1969, Ilham Kadri est une brillante élève qui se démarque en cours de Mathématiques et de Physiques. Elle gagne la France pour y poursuivre ses études supérieures, dans un premier en classe préparatoire puis à l’université Lyon 1. Elle s’envole ensuite à Québec pour y étudier à l’université Laval avant de revenir en France pour y compléter sa formation à l’Ecole d’application des hauts polymères de Strasbourg.

Forte de ce bagage, la jeune ingénieure en physico-chimie macromoléculaire entame une carrière qui la mène auprès de plusieurs groupes industriels. Après Shell en Belgique, elle revient la France pour y officier chez LyondellBasell, avant de retourner en Belgique chez UCB. Après ces aller-retour entre la France et la Belgique, elle intègre des entreprises américaines, de Huntsman, à Rohm and Haas en passant par Dow Chemical et Sealed Air.

Depuis 2013, elle dirigeait Diversey, une société de 9.200 personnes spécialisée dans les technologies et services pour l’hygiène, filiale de Sealed Air. Elle en a assuré le redressement avant d’organiser sa vente en 2017 à un fonds d’investissement, Bain Capital, pour 3,2 milliards de dollars. C’est cette expérience réussie en Caroline du Nord qui a impressionné les recruteurs de Solvay, assure Le Monde.

 

 

 

 

 

Partager sur :

Laisser un commentaire