Loubna, Leila et Houda, ces Marocaines qui font parler d’elles (ou pas) au festival de Cannes

Le festival de Cannes bat son plein et sur son tapis rouge défilent chaque jour stars et starlettes en tour genre, venues des quatre coins du monde. Le Maroc ne déroge pas à la règle, mais ne s’en vante pas forcément…

Cette semaine, les réseaux sociaux marocains ont buzzé à l’unisson avec le monde entier autour du festival de Cannes, faisant la part belle à certaines personnalités marocaines présentes sur le tapis rouge.

Joli coup médiatique pour le phénomène Leila Hadioui, (et pour les marques qu’elle représente au Maroc), qui arpente chaque jour le tapis rouge cannois parée de bijoux Bulgari et d’élégantes robes. On aura donc eu droit en une des sites d’info marocains à Leila sur le tapis rouge, Leila en hélicoptère, Leila en terrasse, Leila blonde, Leila brune, Leila aux yeux bleus, Leila aux yeux marrons…

13177461_10154342550208816_3164810552838376450_n

Toutefois, on aura trop peu parlé de la sélection du film « Divines » de la réalisatrice franco-marocaine à la quinzaine des réalisateurs. Qualifiée, à juste titre, d’engagée par la presse française, Houda Benyamina, diplômée de L’ERAC,  se forme à la réalisation grâce à l’association 1000 visages, qu’elle a fondée en 2006 pour démocratiser le cinéma. C’est avec cette structure qu’elle réalise son premier court métrage « Ma poubelle géante », grâce auquel la repère son producteur Marc-Benoit Créancier. Son moyen métrage « Sur la route du paradis », a été primé dans de nombreux festivals. Avec « Divines », qui raconte l’histoire de jeunes femmes en quête de réussite dans une banlieue où se côtoient trafics et religion, Houda devient lauréate du Groupe Ouest et de la Fondation Gan en 2014.

benyamina-uda

Enfin n’oublions pas Loubna Abidar, l’actrice marocaine qui voit sa cote de popularité augmenter en France à mesure qu’elle baisse au Maroc. Toutefois, ne nous y trompons pas, ce n’est pas parce certains clament haut et fort qu’ils ne l’aiment pas ou plus, au nom de sa « trahison » (elle a tout de même joué un peu trop bien le rôle d’une prostituée : c’est louche), qu’on n’en parle pas. Au contraire, au Maroc, Loubna est une star… qu’on aime détester. L’actrice ne s’y trompe d’ailleurs pas et partage généreusement sur sa page facebook ses photos en compagnie de stars. Vincent Pérez, Jean Paul Gaultier, Liza Azuelos & Co, sans compter les nombreux articles parus sur de célèbres pages françaises, lui conférant un nouveau rôle, celui de femme libre, envers et contre tous. Le rôle de sa vie en somme.

13076920_312746532390074_8688051212310799988_n

Trois femmes, trois Marocaines, trois parcours différents… et trois traitements médiatiques inégaux. Entre la belle, l’insoumise et l’intello engagée… le Maroc donne à voir toute sa diversité et sa pluralité sans pour autant l’assumer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Publicités